Le Mariage aura-t-il lieu ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [Fiche Publique] Röschen Reinhart {La promise}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Röschen Reinhart
Promise
avatar

Nombre de messages : 101
Age : 33
Famille : Reinhart
Âge du Personnage : 17 ans
Date d'inscription : 03/09/2006

MessageSujet: [Fiche Publique] Röschen Reinhart {La promise}   Lun 9 Oct - 10:09

Nom : Reinhart

Prénom : Katrin, Röschen, Anja

Âge : 17 ans, elle aura 18 ans dans trois mois.

Rôle : Future Mariée – Famille Reinhart

Métier : Héritière de la famille Reinhart

Description Physique : Röschen est une femme qui sort à peine de l’adolescence.Cependant, son physique est celui d’une jolie jeune femme, fraîche et agréable à la vue, bien que ce ne soit pas ce qu’on lui demande. Elle est d’une taille plutôt petite par rapport à sa famille, puisqu’elle mesure pratiquement 1m55. Sa corpulence est d’une juste proportion, son poids oscille entre 41 et 45 kg.

Son visage, fin et d’un bel ovale, est cependant encore emprunt de naïveté. Il possède une peau d’un rose délicat et velouté, assez pâle, de ce type de jeune demoiselle qui ne sort que peu du Château, et aux origines respectables et germaniques.

Ses yeux sont clairs, d’un ambré aux éclats d’or et de cuivre, qui se fonce
selon la météo, et lorsqu’elle devient plus nerveuse. Lors de colère, ce qui est pourtant rare, les yeux de Röschen peuvent devenir d’un cendré peu commun et déroutant, dans ces cas là, elle est presque aveuglée.

Ses cheveux sont d’un noir sans faille, aux reflets brillants, soyeux et ils lui
arrivent en temps normal au niveau de ses reins. Légèrement ondulés, elle
s’efforce de les attacher le plus souvent possible, car selon sa mère, seules les filles de petites vertus ou sans scrupules laissent leur chevelure libre, et cela fait très mauvais genre.

Pour son âge, son corps est pleinement développé comme celui d’une femme agréable à la vue. Ses courbes sont douces et harmonieuses, bien que peu mises en valeur par des robes l’enserrant, la compressant et la faisant parfois souffrir, mais, encore une fois, sa mère lui répète souvent qu’il faut souffrir pour être belle. Ses jambes sont fines, d’un léger galbe bien qu’elle ne soit pas athlétiques ni sportives.

Son port de tête est noble et un délicat sourire s’efforce d’être
sempiternellement présent sur ses lèvres, pour faire honneur à sa famille et son rang. Il va sans dire que si cela ne tenait qu’à elle, Röschen serait très différente, tant au niveau physique et vestimentaire, que pour son caractère.

Description Psychologique Publique : La jeune héritière de la famille Reinhart se doit d’être une femme bien élevée, agréable, qui puisse faire la conversation mais qui sache laisser son interlocuteur penser qu’il est le plus malin et le plus cultivé. Ce qui peut passer pour être une tâche ardue est en fait très facile pour la jeune femme, a qui on a apprit dès son plus jeune âge à être la parfaite représentante d’une jeune fille de bonne famille, respectée et respectable, sachant dire le mot juste lorsqu’il le faut, et surtout se taire le reste du temps.

Elle est donc une personne calme d’apparence, douce, aimable et souriante. Elle semble d’ailleurs sourire continuellement, ce qui fait d’elle une demoiselle fraîche et séduisante. Son physique allié à une nature visiblement compréhensive et mâture la rendre simple, plaisante à la conversation, tendre et maternelle.
Röschen se révèle être douée dans les arts, elle coud avec soin et joue de la harpe mieux que ses frères et sœurs.

Elle se déplace avec grâce et élégance et est à coup sûr le parti idéal de tous les jeunes nobles du Pays.

Publiquement, elle aime lire des Contes et dessiner la nature, prétend avoir
horreur des insectes et de la culture celte dont à lui aussi horreur son cher papa.

C’est une femme couvée par ses parents, mais ils savent pourtant qu’elle peut se montrer têtue, mais ceci est du domaine privé…

Passé : Röschen est née, totalement désirée par un père et une mère d'un rang imposant, alors qu'une matinée claire s'annonçait. On lui donna cependant le nom de Katrin, nom que portait son arrière grand mère paternelle. Elle était alors la seconde fille du couple de châtelain, déjà assez âgé lorsqu'elle vit le jour.
La petite Katrin était une enfant totalement désirée, bien qu'on ait préféré
largement qu'il s'agisse d'un héritier mâle.
Cependant, on la chérit alors comme on avait chérit la jeune petite Röschen, sa soeur aînée. En effet, plus âgée de quelques années, la petite était gravement malade, et on reporta alors tout l'amour qu'on pouvait donner à un enfant sur le nouveau né.
D'une grâce innée et d'une jolie frimousse, on s'éprit d'elle comme on se laisse envouter par la légèreté d'une fleur naissante.

Malheureusement, lors de la première année de la fillette, sa grande soeur
Röschen decéda, des suites de sa maladie. Attaquée aux poumons, sa soeur n'avait en effet aucune chance de pouvoir espérer vivre plus loin que sa quatrième année.
Terriblement meurtrie par cette perte, la mère de la jeune enfant ne put
supporter d'avoir laissé mourir la chair de sa chair et se tourna alors vers lapetite.
Ayant quelques dérives à l'esprit dans un moment dur, elle exigea qu'on change le nom de la petite dernière. Désormais, elle se nommerait Röschen, comme le portait si bien sa délicieuse défunte fille. Le père de la nouvelle Röschen ne s'y opposa pas, espérant que cette décision laisserait sa femme plus lucide qu'en cas de refus.

En effet, peu de temps après ce changement, la mère de Röschen désormais, alla bien mieux. Elle se remit à manger, à sourire et tout sembla rentrer dans l'ordre.
Etant trop jeune pour se souvenir de son précédent prénom, la petite fille put grandir avec tout le luxe, la connaissance et l'élégance qu'on exigea d'elle.
Elève assidue, elle fut pratiquement programmée de naissance pour être la
parfaite copie de feu sa soeur.
Sans se souvenir d'elle, Röschen entendait pourtant souvent parler decette jeune fille au même prénom qu'elle, dont parlait parfois sa mère, l'air triste et absent...

Mais rien ne vint troubler l'éducation de la petite. Elle était très douée,
calme et somme toute, bien prédéterminée par les fondements même de l'idéologie de ses parents. Le Châtelain était un homme d'influence, de pouvoir et de conviction, ayant bien sûr un avis sur tout et ne se privant en rien de l'exposer à qui voudrait l'entendre.
Invitant ses partenaires de chasse, durant de longues après midi, Röschen apprit à bien se tenir, à ne pas poser de questions, à ne pas être curieuse, à réfreiner ses envies, à modeler ses désirs sur ceux d'une jeune fille bien élevée, à sourire, tout le temps, et dans n'importe quelle circonstance.
On lui apprit à marcher comme il fallait, parler comme il fallait, manger comme il se devait, avoir un port de tête altier, sans être méprisant ou trop hautain, et, surtout, à toujours réfléchir à ce qui se fait ou non avant d'agir.

Inutile de dire qu'avait un tel gavage, elle devint vite comme on le souhaitait pour elle : une jeune fille parfaite.
Sans défaut apparent, elle grandit avec soin, son alimentation, comme tout d'ailleurs était contrôlé avant par sa mère, ou sa suivante, ou des précepteurs ... Professeurs et Servantes étaient ses proches, bien qu'on la présente à de très nombreux héritiers ou jeunes demoiselles de bonne famille afin de parfaire sa sociabilité.
Cette vie était semble t il parfaite, et d'ailleurs on ne lui posait pas la
question, ne lui en laissant le choix.

Röschen pouvait cependant s'estimer heureuse d'avoir un toit, une riche demeure, un parc immense où se promener (naturellement, ne pas courir), un père sévère et une mère souriante... des frères et soeurs eux aussi façonnés selon les désirs de la Bonne Conduite...
Ce tableau, bien qu'étant si stéril, devint du jour au lendemain une triste
scène. Lorsqu'elle put entendre les bruits de couloirs, colportés par des
servantes et des serfs, contant que le Patriarche de la Famille Mirdhyn se
rendrait bientôt au Château...

L'idée lui parut saugrenue... La Famille Mirdhyn étant de toute la région, celle qui était la plus détestée et qui détestait le plus le Châtelain. Elle aurait presque rit si on lui en avait donné l'autorisation, mais devint pâle lorsque, un matin de bonne heure, elle vit arriver en effet le père Mirdhyn... C'était donc vrai, ce qui se disait tout bas et que tout le monde savait ici.

Après un entretien très secret, et malgré sa demande expresse à sa mère pour la laisser écouter à la porte, Röschen put constater que le rendez-vous s'était soldé par une brève poignée de main, cordiale et entendue, avant de voir son père s'approcher d'elle, l'air grave.
Quelque chose n'allait pas... Il ne semblait pas normal. Son visage reflétait
autant la jouissance silencieuse que la solennelle mimique d'un militaire à la
Parade.

Elle sut alors.
Dans quelques mois, sa vie changerait du tout au tout... Elle épouserait un
dénommé LLewelyn, Héritier de la Famille Celte, Mirdhyn, plus grande ennemie de la famille Reinhart, et devrait porter le poids d'une alliance jusque là jamais osée...

Position publique quant au mariage : Concentante bien que réticente.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://discorde.skyblog.com
 
[Fiche Publique] Röschen Reinhart {La promise}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Procureur de la république
» Voilà un gars dont ses descendants vont rigoler pour faire sa fiche généalogique
» Amélioration de la saisie (fiche individu)
» PUBLIQUE OU PARAPUBLIQUE?
» La Couronne de la république

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Hymen Avorté :: Hors Role Play :: Distribution des Rôles-
Sauter vers: