Le Mariage aura-t-il lieu ?
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 fiche du Père Tibrus de Marienberg {grand aumônier}

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Tibrus de Marienberg
Prêtre
avatar

Nombre de messages : 13
Date d'inscription : 26/11/2006

MessageSujet: fiche du Père Tibrus de Marienberg {grand aumônier}   Dim 26 Nov - 11:07

Le père Tibrus de Marienberg

Nom : de Marienberg

Prénom : Tibrus

Âge : 52 ans

Rôle : Prêtre à la cérémonie chrétienne de mariage

Métier : Grand Aumônier d’Armorique

Description Physique : Tibrus est grand. On peut aisément le qualifier de géant. Mesurant près de 2 mètres, il est particulièrement mince malgré un ventre légèrement bedonnant, dû essentiellement à l’âge. Il a le crâne rasé. Pour ceux qui le connaissent bien, on sait qu’il n’y a pas que son crâne qui soit rasé. Cela lui donne un caractère quelque peu hors du temps. Son être respire la propreté. Nul n’a jamais vu le père Tibrus avec la moindre saleté sur lui comme sur ses vêtements. De même l’effort physique ne semble pas lui provoquer de la transpiration.

Son visage est dur. La peau blanche lui donne des aspects cadavériques lorsque l’éclairement est faible. Cependant l’on est toujours surpris lorsqu’on l’entend pour la première fois : sa voix ne correspond pas à son apparence qui en est tout le contraire : suave, sensuelle, à tel point qu’il est possible de l’entendre parler pendant des heures.

Le plus souvent on peut le voir habillé d’une soutane noire et de sandales. Un chapelet en argent est suspendu à sa ceinture en corde. Par temps de pluie il revêt une cape blanche avec une croix romaine noire. Tibrus fait tout ce qu’il faut pour avoir l’air le plus sinistre possible. Mais ces vêtements ainsi que son physique lui permettent de bien accuser son âge.

Description Psychologique Publique : Nul sur terre n’oserait provoquer le père Tibrus. Tous peuvent le considérer comme une Bible vivante, connaissant tous les évangiles, les deux testaments,… Tout écart de conduite entraîne en général une réprimande virulente, les saintes écritures parfois à l’appuis. On prétend également qu’il ne sourit jamais, qu’il ne crie pas plus. L’humeur égal qu’il arbore à longueur de temps en perturbe plus d’un et cela semble constituer son seul plaisir d’après le faible rictus qu’il esquisse en de rares occasions.

Passé : Tibrus est né dans une ville près de la source du Rhin. Il est le troisième fils d’un seigneur de l’Empire. Sa mère est la sœur de la mère de Lucius Reinhart. Durant sa jeunesse il n’a rencontré son cousin qu’à de rares occasions.

En tant que troisième fils, il a été destiné au clergé dès sa naissance. Vers 10 ans il entre dans un monastère pour y suivre l’enseignement ecclésiastique. Il ne s’est jamais plaint de cet avenir. Mais son intelligence et sa condition physique aurait pu faire de lui un soldat. C’est d’ailleurs pour cela qu’il entre à 16 ans dans l’ordre des Hospitaliers de Malte. Cet ordre était réputé pour ses missions de christianisation des royaumes musulmans. C’est aussi un ordre guerrier parmi les plus craint ; il a acquis un réputation d’ordre de soldats-tueurs nourris par la religion, ne craignant pas la mort. Des faits notables ont donc ponctué la jeunesse de Tibrus tels que la prise de Saint Jean D’Acre par 33 hospitaliers dont Tibrus, l’assassinat de plusieurs imams par le feu en terre musulmane. A 20 ans il revient à Rome pour devenir enfin prêtre.

Il ne renoncera pas aux armes. Volontaire pour accompagner l’armée impériale dans ses campagnes, il fut un allié précieux des soldats. Sa première campagne il la fit en Espagne lors de combats contre l’armée du Sultanat d’Espagne. Il était dans la ville de Valence assiégée depuis plusieurs semaines quand une attaque ennemie se prépara, sonnant le glas des défenseurs. Il prêcha pendant deux heures avant l’attaque alors que les officiers étaient prêts à capituler.

Au nom de notre seigneur Jésus Christ et sous la bénédiction de Dieu,

Soldats de la lumière dans cette ville de Valence, voilà qu’un nouvelle épreuve nous attend… Elle vise à savoir si nous sommes dignes de siéger à la droite lors du jugement dernier. Dans vos yeux je vois l’inquiétude. L’inquiétude ! Pourtant quelle inquiétude pourrions nous avoir. Nous allons mourir. Nous allons mourir dans la souffrance comme notre seigneur sur la croix. Quel privilège ! Seigneur tu nous honores. Seigneur je vais mourir pour toi aujourd’hui. Et j’en suis heureux. Et vous soldats, mes bons soldats… Voulez vous mourir pour Dieu et atteindre son royaume de félicité ? Moi je dis oui. Vous ne voudriez pas devenir les esclaves de cette armée impie, cette armée du mal condamnée à la damnation.

S’il faut mourir ? Oh oui je veux mourir pour l’Empire et pour Dieu qui protège l’Empire du malin. Et comment vais-je mourir ? A cheval, au galop ! Je vais me précipiter dans les bras de notre seigneur car lui nous aime comme personne ne peut nous aimer. Lui seul nous a maintenu en vie jusqu’à présent. Il nous choisit car nous étions dignes de le servir.

SOLDATS ! A CHEVAL ! A LA MORT ! ET POUR L’EMPIRE !


A la fin du prêche il monta à cheval, invita clairement l’armée à le suivre. Et ils chargèrent l’armée musulmane au matin. L’ennemi fut si surpris qu’il ne résista pas. Le siège fut brisé et l’Empire put s’installer durablement autour de Valence. Les prisonniers arabes convaincus d’avoir assisté à la puissance divine se convertirent en masse sous l’impulsion de Tibrus. Près de 25 000 personnes se firent baptiser en même temps.

Il se joignit ensuite à une autre campagne à l’Est contre les Ottomans. C’est après qu’il reçut une lettre de Lucius avec qui il avait renoué contact lors d’un Congrès des nobles de l’Empire qui les envoya pendant une brève période établir des places fortes en Mauritanie. L’un commandant le génie militaire et l’autre le génie charismatique permirent de fonder la principauté d’Agadir. La lettre qui lui envoya Lucius l’invitait à devenir son grand aumônier. Tibrus qui désirait prendre congé des armes saisit l’occasion. Il devint conseiller de Lucius, et le professeur des enfants de ce dernier. Il a participer de façon lointaine aux négociations concernant le mariage de Röschen.

Position publique quant au mariage : Il n’a aucune position publique au sujet du mariage, si ce n’est le respect de la chrétienté lors de la cérémonie. Mais son implication laisse à supposer qu’il se réjouit à l’idée de ce mariage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
fiche du Père Tibrus de Marienberg {grand aumônier}
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Père CASTA un Aumônier Parachutiste
» décès du Père CASTA aumônier parachutiste
» jus ad bellum - jus in bello
» photo de ma préparation militaire parachutiste
» un AUMONIER

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'Hymen Avorté :: Hors Role Play :: Distribution des Rôles-
Sauter vers: